+33 (0)4 37 42 39 96

Depuis quelques années, de nouveaux moyens de transport se développent en ville, pour pallier à l’utilisation traditionnelle de la voiture ou aux transports en commun. Découvrez dans cet article, une sélection non-exhaustive présentant 8 moyens de transport atypiques, tous disponibles à la location pour vos déplacements en milieu urbain.

La draisienne électrique

Depuis quelques années, on trouve sur le marché français des draisiennes électriques qui permettent de se déplacer sans trop d’efforts et de manière plaisante en milieu urbain. La draisienne présente une mécanique très simple. Elle se divise en deux parties : le cadre et le train de direction. Le longeron du train directeur est lié au cadre par le pivot de direction commandé par le timon conducteur (guidon). Les deux roues sont à égale hauteur.

Elles peuvent circuler sur les pistes et bandes cyclables, ou sur les chaussées dont la vitesse est limitée à 30 ou 50 km/h (elles ne peuvent donc pas être utilisées sur les routes hors agglomération). Ces cyclomobiles légers n’ont donc pas besoin d’être immatriculés, ne demande aucune protection obligatoire et de fait, ne nécessitent ni permis, ni carte grise, ni stage pour apprendre à les piloter.

Le gyropode

Un gyropode ou transporteur personnel est un véhicule électrique monoplace, constitué d’une plateforme munie de deux roues parallèles sur laquelle l’utilisateur se tient debout, d’un système de stabilisation gyroscopique et souvent d’un manche de maintien et de conduite. Lorsque le gyropode est penché vers l’avant, les moteurs propulsent les deux roues vers l’avant pour éviter qu’il ne se renverse. Lorsqu’il est penché vers l’arrière, les roues tournent dans la direction inverse.

Pour ne pas gêner la circulation des piétons, les conducteurs de gyropodes ne pourront pas dépasser la vitesse maximale de 6 km/heure. Cette dernière correspond à la vitesse moyenne d’un déplacement réalisé par un piéton.

La gyroroue

La gyroroue est composée d’une roue carénée dotée de capteurs et d’un moteur gyroscopique, de deux marchepieds escamotables, et d’une batterie rechargeable sur secteur. Il fonctionne sur le même principe technique que le gyropode, dont il se distingue par l’absence de guidon et par une roue unique : lorsque l’utilisateur se penche en avant, le moteur se met en marche afin de compenser le déséquilibre, ce qui fait avancer la roue. La vitesse est d’autant plus grande que l’inclinaison est prononcée.

Les gyroroues peuvent circuler sur les pistes cyclables et les voies de circulation dont la vitesse maximale autorisée est de 50 km/h, néanmoins la vitesse est limitée à 25 km/h. Le port d’un gilet réfléchissant est obligatoire hors agglomération et lors de circulation nocturne, un avertisseur (sonnette) doit également être porté par l’utilisateur. La circulation sur les trottoirs est interdite. Les utilisateurs ne peuvent pas dépasser les 6 km/h (considérés comme piétons) en cas de circulation dans des zones piétonnes.

L’hoverboard

Le terme hoverboard désigne également les planches gyropodes à deux roues munies d’une propulsion électrique. Ces moyens de transport à usage urbain se pilotent avec les mouvements du corps en assurant l’équilibre du passager, placé debout par stabilisation gyroscopique.

L’utilisation du terme « hoverboard » est de plus en plus courante en Europe, pour la désignation des gyropodes sans guidon et sans selle, qui sont donc à distinguer des gyropodes sans guidon (en anglais self-balancing scooter).

Ils sont ainsi autorisés à circuler en France sur les trottoirs, parcs urbains ou zones dédiées à une vitesse maximale de 6km/h.

Le scooter électrique

Un scooter électrique est un deux-roues muni d’un moteur électrique alimenté par des batteries. Les performances des scooters électriques s’approchent des performances d’un scooter thermique. Suivant la technologie et la puissance du scooter, l’autonomie moyenne varie entre 50 et 70 km pour les équivalents 50 cm3 et jusqu’à 100 km pour les plus performants. La consommation d’un scooter électrique n’est en moyenne que de 0,6 € aux 100 km, ce qui est bien plus avantageux qu’un scooter thermique.

L’utilisation du scooter électrique est autorisée en France, aux titulaires des Permis B ou A pour tous les types de scooters électriques, quelle que soit leur puissance. S’ajoute aussi, les titulaires du permis A2 valide depuis au moins 2 ans après une formation spécifique de 7 heures en auto-école ou organisme agréé.

Le skateboard électrique

Le skateboard électrique est une planchette à roulette composée d’un deck et comportant une batterie, généralement montée directement sous la planche. Le skateboard est fixé à 2 moteurs, un dans chaque truck, soit 4 moteurs, 1 sur chaque roue.

La plupart des skateboards électriques ont une télécommande, mais les modèles les plus récents permettent de se connecter via Bluetooth à un smartphone afin qu’il remplace la télécommande du skateboard. Le mode de fonctionnement actuel du skateboard électrique reste le même.

La vitesse est contrôlée par une commande à main (ou par un déplacement du poids de l’utilisateur) et la direction est ajustée par l’inclinaison de la planche. Un skateboard électrique atteint une vitesse maximale de 20-25 km/h, voire 50 km/h pour certains modèles.

Le tricycle électrique

Le tricycle électrique à la même structure qu’un vélo, ce qui le différencie est l’ajout d’une troisième roue et d’un moteur qui l’assiste. Positionné dans une roue avant ou arrière, le moteur fonctionne grâce à une batterie électrique amovible généralement placée sous la selle. Les tricycles électriques sont parfaits pour les cyclistes qui, en raison de leur âge, d’une maladie, d’un handicap ou simplement parce qu’ils n’ont jamais appris à rouler en toute sécurité sur une bicyclette, ne se sentent plus sûrs de leur équilibre sur deux roues.

Pour conduire un tricycle à moteur dont la puissance excède 15 kW (20 CV), il est nécessaire d’être titulaire d’un permis A ou d’un permis B. Lorsque le permis a été obtenu à partir du 19/01/2013, le conducteur devra également être âgé d’au moins 21 ans.

La trottinette électrique

Une trottinette électrique est un type de véhicule monoplace équipé d’une batterie et d’un moteur électrique. Le fonctionnement d’une trottinette électrique est simple. Vous contrôlez la vitesse de votre trottinette électrique à l’aide d’une commande, qui prend le plus souvent la forme d’une gâchette située sur le guidon.

Le simple fait qu’elles soient équipées d’un moteur entraîne le suivi d’une réglementation sur la vitesse maximale autorisée. D’après le Code de la route, une trottinette électrique ne peut pas dépasser les 25 km/h en agglomération.

Vous souhaitez en savoir plus :