+33 (0)4 37 42 39 96

Le marché français de location d’équipements a le vent en poupe. Les particuliers et les entreprises préfèrent de plus en plus louer plutôt qu’acheter. C’est ce que l’INSEE nous indique dans son étude parue en 2017.

La location est la convention par laquelle une personne physique ou morale met un bien à la disposition d’une autre, en contrepartie d’une rémunération ou d’un loyer. Pour les biens mobiliers (voiture, appareil ménager, etc.), il existe différents types de location. La location de longue durée concerne surtout les véhicules automobiles. Elle consiste à louer un véhicule sur une période et pour un kilométrage fixés à l’avance, en contrepartie du versement d’un loyer mensuel. La location avec option d’achat est une forme de crédit-bail : le contrat de location passé avec un organisme financier permet de louer un bien, avec la possibilité de l’acheter en fin de contrat.

Évolution du marché de la location entre 1995 et 2015

En 2015, la production de services de location de biens atteint 37,7 milliards d’euros. Elle est assurée pour 33,8 milliards par des entreprises non financières et pour 3,9 milliards par des filiales financières des banques et assurances ou des constructeurs automobiles.

Elle se répartit entre trois grands groupes d’activités : la location de machines et de biens d’équipement (50 %), la location de véhicules automobiles (39 %) et la location de biens personnels et domestiques (11 %).

La location de machines et biens d’équipement (18,7 milliards d’euros en 2015) recouvre quatre types de biens :

  • les machines diverses pour l’agriculture et l’industrie, les conteneurs et les wagons de chemin de fer (36 %) ;
  • les matériels pour le bâtiment et le génie civil (32 %) ;
  • les équipements informatiques et photocopieurs (20 %) ;
  • les matériels de transport fluvial, maritime et aérien (12 %).

Les locataires sont presque exclusivement des entreprises. Pour les trois quarts des machines et biens d’équipement, les loueurs sont des entreprises spécialisées dans ce secteur. Pour un dixième, il s’agit d’entreprises de la construction. Sinon, ce sont des entreprises de l’industrie, du commerce de gros ou des transports.

Pour la location de véhicules automobiles (14,6 milliards d’euros en 2015), les locataires sont essentiellement des entreprises (13,5 milliards d’euros), loin devant les ménages (1,1 milliard d’euros). La location de voitures en représente les quatre cinquièmes et la location de camions le cinquième. Les loueurs sont principalement des entreprises du secteur. Pour la location de longue durée, interviennent aussi des filiales spécialisées de banques ou de constructeurs automobiles, notamment dans la location avec option d’achat.

Enfin, pour la location de biens personnels et domestiques (4,4 milliards d’euros en 2015), les locataires sont surtout des ménages (4,2 milliards), et très marginalement des entreprises (0,2 milliard). Cette activité s’étend des articles de loisirs et de sport (cycles, skis, bateaux…) aux matériels médicaux en passant par toute la gamme des appareils électroménagers et autres biens d’équipement. Les loueurs sont avant tout des entreprises spécialisées, mais aussi des entreprises de commerce.

Sources : INSEE

Pourquoi la location se développe t-elle auprès des particuliers et des entreprises ?

Un particulier ou un ménage peuvent avoir diverses raisons de louer un bien.

En premier lieu, la location peut viser à satisfaire un besoin ponctuel ou éviter d’éventuels soucis d’entreposage : voiture, matériel de bricolage pour une réparation ponctuelle, appareil à raclette en hiver, barbecue en été, vêtement pour un événement exceptionnel, matériel de sport pour un loisir saisonnier (ski, planche à voile). Elle peut aussi être motivée par des problèmes de pouvoir d’achat : beaucoup d’automobiles neuves sont acquises via des formules de location de longue durée. En effet, peu de ménages disposent d’une trésorerie suffisante pour payer au comptant un véhicule, surtout à partir d’un certain niveau de gamme. Par ailleurs, certaines formules de location « tout compris », pour les voitures mais aussi pour d’autres biens, comportent des clauses d’assurance ou d’entretien, qui garantissent une disponibilité sans frais supplémentaires, donc une maîtrise budgétaire complète. La location donne également la possibilité de changer régulièrement de modèle dans le cas des produits high-tech (smartphones, ordinateurs, appareils photographiques) et ainsi de rester à la pointe malgré le prix souvent bien plus élevé des nouveautés. Enfin, avec le vieillissement de la population, de plus en plus de particuliers louent du matériel médical ou paramédical (fauteuils, appareils respiratoires, etc.), dont le réglage et l’entretien nécessitent des qualifications adaptées.

Les biens personnels et domestiques représentent 11 % du marché de la location. Entre 1995 et 2015, leurs dépenses sont passées de 2,6 milliards à 5,4 milliards d’euros.

« Les loueurs sont avant tout des entreprises spécialisées » (80 %), précise l’Insee. La grande distribution s’y met de plus en plus « dans l’espoir de fidéliser des clients » et assure désormais 15 % des locations. Même des banques suivent le mouvement en proposant, exemple, la location de smartphones « avec l’idée de vendre simultanément des services en ligne ».

Pour les entreprises aussi, le recours à la location répond à des motivations variées.

L’insuffisance de trésorerie, voire de capitaux, peut conduire à la location plutôt qu’à l’achat. Dans les périodes d’incertitude sur les perspectives, la location est préférée à l’investissement pour ajuster les capacités de production. Apparue dans les années soixante-dix, la location longue durée de véhicules automobiles allège les entreprises de la gestion de leur parc. Elles peuvent décider de la durée de détention des véhicules et en changer régulièrement pour bénéficier des dernières avancées technologiques des constructeurs. Une fiscalité spécifique favorise parfois la location, comme dans le cas des bateaux de plaisance. Enfin, pour des matériels spécialisés, dont l’usage est fortement réglementé (par exemple les nacelles élévatrices ou les grues sur les chantiers), la location reporte le respect des contraintes réglementaires (registres de sécurité, entretiens préventifs, visites de contrôle périodiques) sur une entreprise spécialisée.

Vous souhaitez en savoir plus :